Son analyse, François Ruffin - auteur des Petits Soldats du journalisme, de Quartier Nord et de La Guerre des Classes - a eu le temps de la maturer. Parce qu’il a participé à l’ouvrage collectif Les Jours Heureux, dirigé par Jean-Luc Porquet 2 et sous-titré "Le programme du Conseil national de la résistance de mars 1944 : comment il a été écrit et mis en oeuvre, et comment Sarkozy accélère sa démolition" : il en a écrit le chapitre qui porte sur la presse. Et parce qu’il est revenu sur le sujet dans Fakir, journal d’enquête sociale qu’il dirige et fait vivre, avec une petite équipe, depuis dix ans 3. Le dernier numéro - actuellement en kiosques - revient ainsi longuement sur « ce que nos papis ont construit » et « ce que notre élite démolit ». Et dresse notamment le portrait des bâtisseurs - ceux qui ont mis en œuvre et défendu le programme du CNR - et de ses liquidateurs.